În niciun proces răul întreg nu se află de o parte, și doar binele de partea cealaltă

8 mai 2018
286 citiri

(…)
Mais nous savons que la vérité est complexe.
C’est précisément ce que rappelait Georgez Izard dans son discours de réception a l’Academie française. Les critiques concernant l’avocat „se fondent sur une conception manichéenne de la vie. Or, dans aucun procès, tout le mal ne se concentre d’un coté et tout le bien d’autre. Cette illusion est souvent inoculée au plaideur par sa passion, mais l’avocat se garde de la partager. Il doit rester lucide pour être utile, ne retenir que ce qui est vrai ou au moins vraisemblable, quitte à renvoyer son dossier au client qui le désavoue, il demeure souverain pour effectuer le tri de ses arguments. Alors la controverse entre les défenseurs des parties, ou s’affrontent deux visions également loyales de la relativité et de l’ambiguïté de toutes les choses humaines, étale toutes les complexités sous les yeux des juges (nota de subsol 12: Discours de réception de l’Académie française, 18 novembre 1971).

Thierry Massis
(Le principe de vérité et l’avocat în Mélanges en l’honneur d’Yves Mayaud: Entre tradition et modernité : le droit pénal en contrepoint, Dalloz, iunie 2017, la p. 659)

Lasă un răspuns